< retour

J'ai soif d'une eau de Vie

Frère Jean




Non indiqué

Dans la vielle, le citadin affronte l’isolement. L'ascète est solitaire, non pas isolé. Il n'est pas séparé car il connaît un « secret », celui de savoir vénérer, c'est-à-dire d’entrer en communion avec tout ce qu'il vit. Il retrouve dans ses gestes la puissance d'amour qui crée le monde. Non pas un amour abstrait, indifférent, mécanique, mais un amour conscient qui pose la Présence de Dieu dans chacun de ses gestes, dans chaque parcelle de son corps, jusqu'au bout de sont sourire, jusqu’au bout de son regard. Chacun de ses actes dévient liturgique et pose le Feu sur !a terre. Pas un feu qui détruit, mais un Feu qui vivifie, et stimule le cœur endormi. Un Feu d’Amour plus fort que l’éphémère et le corruptible, plus fort que la mort. Un Feu par lequel il est introduit dans le jardin des Délices où il s’abreuve à la Source inépuisé le.« Celui qui boira l’Eau que je lui donnerai n'aura plus jamais soif. » Dans cette série d'entretiens et d'articles Frère Jean partage l'enseignement oral qu'il a reçu et vécu auprès des moines de la Sainte Montagne et du Père Séraphim, son père spirituel, supérieur du monastère de Saint Sabba dans le désert de Judée.

110 pages - Prix 11€ + 1€ de port

Disponibilité

En stock

Quantité :


12,00€